05/07/2004

Paris... deux jours... une aventure... Humeur du moment

Paris... deux jours... une aventure...

 

Humeur du moment: premier jour des vacances, elles risquent de me paraître longues...

 

Réveil matinal, départ à Paris pour y rejoindre quelques amis déjà sur place. Le voyage est long. Beaucoup de circulation. Nous tombons nez à nez avec les premiers juilletistes qui nous pas attendu que nous passions pour descendre dans le Sud. L’après-midi se profile. Arrivé vers midi dans la ville lumière. Juste le temps de trouver son hôtel et d’y déposer nos affaires, que l’on prend la direction du centre. Petit arrêt tout près des Galeries Lafayette pour s’y restaurer et direction les Halles pour que ces dames puissent s’adonner à leur vice favori : le shopping.

 

La foule est dense. Difficile de profiter pleinement des lieux. Je propose à Miss A. de prendre congés de nos hôtes pour un temps et de nous rendre à Montmartre. Ce lieu me fait vibrer. S’il est un endroit emplis de poésie de magie à Paris, c’est bien celui-là. Juste le temps de gravir les quelques dizaines de marches qui nous séparent de la butte, que nous voilà déjà arrivés sur la place du Tertre. On n’était malheureusement pas les seuls à avoir eu la même idée… Dommage… Il a fallu nous résigner à abandonner les caricaturistes et les peintres pour trouver refuge dans un des petits bars typiques du coin. A une table non loin de nous, le célèbre Michou qui à coups de flashs crépitants, aime à se faire mitrailler par le touriste de passage. C’est aussi ça Paris ; le strass et les paillettes.

 

Après une nuit reposante et un petit déjeuner succin comme seuls les Français peuvent nous le préparer, nous décidons de prendre la direction des quais de la Seine et de ses bouquinistes. C’est un réel plaisir, même par temps d’averse, de flâner ici et là entre les dizaines de livres anciens exposés à tout va. Envie de dénicher l’une ou l’autre perle rare. Envie de respirer l’odeur de ces pages jaunies par le temps. La pluie se fait battante mais le fait d’errer entre les gouttes n’assombrit pas mon bonheur. Les Jardins du Luxembourg nous tendent les bras mais le temps faisant, nous n’auront pas le loisir de nous y promener. Le compte à rebours a commencé. Bientôt, déjà, il nous faudra partir. Encore un dernier effort pour rejoindre les Champs Elysées. Les trottoirs sont bondés de monde. Miss A. malade, il nous fallait dénicher une potion miracle chez l’apothicaire. A Bruxelles, on serait du passer par les urgences. A Paris, quelques pharmacies laissent leurs lampions allumés 7j/7. C’est aussi ça le charme de ces grandes villes.  

 

Le soir commence à tomber mais les rues ne désemplissent pas. Il est déjà temps de nous quitter et de reprendre notre chemin. Paris, je reviendrai te serrer tout contre mon cœur… un jour ou l’autre… mais un jour sûrement…


10:22 Écrit par Carpe Diem | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Paris Ville lumière, ville des amoureux, ville magnifique.
Bisous

Écrit par : Aurélia | 05/07/2004

.... Un bisous pour pas que tes yeux pleurent, et ne les croise pas si fort! tu les empêche de respirer ;-)
Bisous

Écrit par : Babylou | 05/07/2004

*** Petit coucou en passant :-) J'espère que Miss A. va mieux :-). A bientôt

Écrit par : Chloé | 06/07/2004

Les commentaires sont fermés.