04/06/2004

La sieste (suite) Pourquoi mourir maintenant ?&nbs

La sieste (suite)
 

Pourquoi mourir maintenant ?

 

Robert H. avait la ferme intention de mettre des réponses sur ses interrogations. Il fallait tirer cette histoire au clair. C’est certain, la mort peut parfois arriver de manière soudaine. A un moment où on s’y attend le moins. Et même si on y est préparé, la mort est perverse et arrive par derrière. Elle est sournoise. Elle vous enlève dans la force de l'âge, sans crier gare.

 

« Mais pourquoi maintenant ? »

 

A cette question, personne ne pouvait répondre. De par l’endroit où je me trouvais dorénavant mais surtout par le manque de passage dans ces zones-là. Mis à part quelques esprits vagabondeurs, la région ne valait pas par son animation. C'est donc ça aussi la mort. Se sentir seul. Etre livré à soi-même. Ne rien voir devant si ce n'est l'éternité. Tout s'arrête, tout se meurt.

 

Personne dans ma famille n’avait quitté ce monde avant l’âge de 65 ans. On ne sait pas s’il s’agissait d’un coup de chance ou autre chose mais chez les H., on savait comment rester en forme. Notre secret ? Ne jamais faire confiance à un médecin, donc ne jamais avaler tous les médicaments qu’ils pourraient prescrire. C’est donc à base de plantes que l’on se soignait. Et personne dans la famille ne s’en était jamais plaint.

 

Je ne savait plus quoi penser. Un doute emplis son esprit.

 

« Et si là, il existait finalement une force supérieure capable d’interférer dans les évènements de la vie au point que ceux-ci en deviennent totalement incontrôlables. Toute ma théorie sur le destin et son approche s’en trouverait chamboulée. Tout serait à remettre en cause. La vie est une longue route que l’on trace avec ses délimitations, ses aires de repos et ses obstacles. Le destin est lui présent pour rappeler que tout n’est pas nécessairement écrit comme je pouvais le croire. »

 

En fouillant les poches de ma veste, je découvris inscrit sur un bout de papier plié en quatre, quelques mots :

 

« La vérité se trouve dans les souvenirs ».

 

Je n’avais pas la moindre idée de la manière dont il était arrivé là, ni même la souvenance de l’avoir glissé à cet endroit. Une phrase lourde de sens. Une phrase que je répétais inlassablement pour en trouver la signification comme un enfant essayant de lire une carte aux trésors trouvé dans un vieux coffre dans le fond du grenier.

 

Quelle vérité ? Quels souvenirs ?

 

A suivre...


12:30 Écrit par Carpe Diem | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

je vais être.... hors sujet mais VIVEMENT DEMAIN!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : valou | 04/06/2004

Les commentaires sont fermés.